Vous êtes ici : Accueil / Cadre de vie & Urbanisme / Cadre de vie / Les Grands Espaces / Ceinture verte

Ceinture verte

Dans une région à faible taux de boisement (7 %, contre 25 % sur le plan national), la Municipalité de Gravelines a oeuvré très tôt pour la valorisation et le développement des milieux naturels.

Dès 2003, l’étude de la "ceinture verte" a été entreprise. Lors des dernières semaines de 2005, les premières plantations apparaissaient.

Au 31 mars 2006, près de 40 hectares étaient plantés d’arbres et d’arbustes (100 000 plants au total). L’ensemble de la ceinture verte est terminé le 31 mars 2007 (près de 200 000 arbres et arbustes au total sur 100 hectares environ).

Plus de 20 kilomètres de haies seront plantés pour cloisonner les espaces de prairies et constituer des lisières.

Cette opération comportait aussi des travaux de préservation et d’amélioration des milieux dunaires et des zones humides : des pelouses humides ont été restaurées, des mares creusées, des fossés élargis.

Les objectifs de cette grande réalisation sont multiples :
• installer un écran végétal entre la ville et les installations industrielles,portuaires,
• maintenir et valoriser la biodiversité,
• développer un cadre de vie agréable
• valoriser l’image de la ville.

Avant la réalisation des travaux, des diagnostics et des projets ont été effectués par des prestataires extérieurs compétents en génie écologique, paysage, boisement et gestion. Le Bureau d’Etudes de l’Office
National des Forêts et le Cabinet ALFA se sont groupés pour répondre au mieux à la demande de la Municipalité jusqu’à la maîtrise d’oeuvre des travaux.Les milieux et habitats ont été recensés et analysés pour tenir compte de leurs potentialités.

Un comité de pilotage a été constitué par la Ville rassemblant tous les acteurs, les partenaires, et les parties prenantes. Il s’est réuni dès l’étude préliminaire , il a permis d’assurer l’information et la concertation à tous les stades de l’opération auprès des habitants.

Le site comporte de nombreux espaces non plantés pour des raisons écologiques ou paysagères.
Les boisements ont été réalisés avec des essences régionales adaptées aux différents types de sols et aux contraintes de hauteur (lignes électriques). On y retrouve le chêne, le charme, les érables, le frêne, les saules, l’aulne, le cornouiller, l’églantier, le noisetier, la viorne … et bien d’autres encore, le tout à raison de 2 500 petits plants par hectare.
Les arbres fruitiers ont aussi leur place : des vergers de variétés anciennes ont été plantés (225 tiges) aux abords des zones d’habitations. De nombreux arbres isolés ou constituant des alignements ont participé à l’aménagement paysager.

La gestion du site est différenciée selon un gradient « de l’urbain au plus naturel » : plus attentive et détaillée aux abords des habitations et plus extensive dans les grands secteurs boisés.
Les clairières et les vergers sont régulièrement fauchés, ainsi que les interlignes des plantations.

Lorsque les plantations auront grandi (probablement d'ici 12 à 15 ans) les arbres seront éclaircis et sélectionnés .

Financement

Les travaux d’un montant de 1,2 million d’Euros ont été réalisés grâce aux participations financières de :
• l’Union Européenne (FEDER) pour 45 %,
• du Conseil Régional Nord-Pas de Calais pour 24.50 %,
• du Conseil Général du Nord pour 10,50 %